Les cotisations d’une assurance crédit et ses méthodes de calcul

D’une manière générale, un établissement de crédit, généralement une banque, vous donne accès à ses services pour votre souscription à une assurance crédit. Cette assurance est communément appelée Adi pour assurance décès et invalidité. C’est elle qui va prendre votre place en cas d’invalidité ou de décès vis-à-vis de l’établissement de crédit. En cas d’invalidité, l’Adi va payer vos mensualités à la banque, et qu’en cas de décès, elle va rembourser la totalité du capital restant.

L’assurance crédit, c’est quoi ?

L’assurance de pret immobilier est à la fois une garantie de base et des garanties optionnelles. En tant que garantie de base, l’assurance crédit vous assure contre une perte totale et irréversible d’autonomie (Ptia). Cette garantie de base oblige votre assureur à effectuer le remboursement du capital restant de votre prêt en cas de Ptia. En tant que garantie optionnelle, l’assurance crédit vous assiste en cas d’incapacité temporaire totale (Itt), d’invalidité permanente totale (Ipt) ou d’invalidité permanente partielle (Ipp). Pour l’Itt et l’Ipt, avec plus de 66 % d’incapacité dans le classement professionnel, l’assureur paie la totalité de votre mensualité durant toute la période d’invalidité. Pour l’Ipp, avec 33 % à 66 % d’incapacité, l’assureur verse la moitié de votre mensualité durant toute la durée d’incapacité.

À quel type d’assurance crédit souscrire ?

Vous avez le choix entre deux types d’assurance crédit : l’assurance individuelle et l’assurance collective. L’assurance individuelle est généralement proposée par un assureur spécialisé, autre que votre établissement de crédit. Vous aurez le choix de choisir n’importe quel établissement qui vous convient. Pour ce type d’assurance, plusieurs facteurs sont pris en compte pour évaluer le taux de votre cotisation : votre âge, votre sexe, votre état de santé, votre mode de vie, etc. À titre d’exemple, sachez que les plus jeunes bénéficieront d’un taux de cotisation plus faible, les femmes auront 10 % à 30 % de réduction, les personnes non-fumeurs bénéficieront d’une réduction de 30 %. L’assurance collective, quant à elle, propose un taux forfaitaire qui est le même pour tout le monde sans prendre en considération le sexe, âge ou autres facteurs individuels. C’est à ce type d’assurance que votre établissement de crédit vous souscrit si vous lui laissez le soin de s’en occuper. Bref, si vous êtes encore jeune, en bonne santé et avec une situation stable, vous gagneriez à souscrire une assurance individuelle, autrement, l’assurance collective vous convient.

Comment se fait le calcul de la cotisation ?

Il existe deux manières de calcul pour évaluer votre cotisation mensuelle : le calcul à partir du capital initial et celui à partir du capital restant dû. Le calcul à partir du capital initial est assez facile à suivre étant donné que la valeur de votre cotisation reste constante durant toute la durée de la période de remboursement. Le taux de la cotisation vaut entre 0,18 % et 0,45 % du montant total de votre prêt, selon l’établissement. Ce type de calcul vous est souvent proposé si c’est l’établissement de crédit qui vous fait office d’assurance. En plus d’être facile à suivre et à prévoir dans sa trésorerie, cette méthode de calcul pourrait aussi vous être utile si vous prévoyez d’effectuer un remboursement anticipé.

Pour le calcul à partir du capital restant dû, la valeur de votre cotisation mensuelle varie proportionnellement au capital restant dû. Votre cotisation évolue donc à la baisse durant la période de remboursement. Suivant l’établissement, la cotisation est calculée mensuellement à hauteur de 0,50 % à 0,70 % du capital restant. D’une manière générale, cette méthode de calcul vous fait économiser de l’argent par rapport au calcul à partir du capital initial, à moins que vous ne prévoyez de faire un remboursement anticipé où il vous faudrait être plus prudent. Enfin, il convient de dire que la valeur mensuelle de votre cotisation dépend évidemment du montant de votre prêt : plus la somme sera élevée, plus votre cotisation sera conséquente.

À quel type d’assurance et de méthode de calcul doit-on se fier ?

Pour le choix de l’assurance, le mieux est de s’informer entre les deux. Comme on l’a dit, si vous êtes jeune, en bonne santé et exerce une activité stable qui ne présente pas beaucoup de risque, vous gagneriez à souscrire à une assurance individuelle. Autrement, et si vous ne voulez pas trop vous casser la tête, vous pourriez toujours opter pour l’assurance collective. Pour le choix de votre méthode de calcul pour la cotisation, sachez que d’une manière générale, le calcul à partir du capital restant dû vous sera plus avantageux. Toutefois, si vous prévoyez de faire un remboursement anticipé avant la première moitié de votre échéance, vous risquez de perdre plus d’argent en adoptant cette méthode. Du fait aussi de la méthode de calcul, les cotisations de la première année risquent d’être assez élevées, il faut donc que vous évaluiez si votre trésorerie pourrait le supporter. Autrement, si vous ne voulez pas trop vous embrouiller dans les calculs, ou si vous prévoyez de rembourser intégralement le plus vite possible, ou encore si votre trésorerie n’est pas assez solide pour supporter les grosses cotisations des débuts de remboursement, vous gagneriez à adopter le calcul à partir du capital restant dû.