Les différents taux d’assurance prêt

Des souscriptions à des assurances sont nécessaires, voire obligatoires, quand on contracte un prêt immobilier ou personnel. Différents taux d’assurance prêt sont appliqués par les différentes compagnies d’assurance existantes. Il existe des assureurs qui chiffrent leur taux à 20 % de la mensualité, quelquefois c’est un taux calculable en fonction du montant total du prêt. Ces assurances sont établies pour sécuriser la concrétisation d’un projet financé par un organisme de prêt. Quelquefois, il est proposé par le prêteur lui-même, quelquefois par un courtier en assurance. Elles servent donc de garantie pour obtenir le prêt demandé dans un organisme de crédit. L’assurance prêt est obligatoire si on s’adresse à un courtier d’assurance mais elle n’est pas imposée, ni indispensable si vous êtes un bon client du banquier.

Les différents types d’assurance prêt

Les taux des assurances sont en général étudiés, primo, en fonction du montant du prêt et de toutes les modalités de remboursement, secundo, des revenus de l’emprunteur, tertio, de sa situation personnelle examinée dans les moindres détails, et enfin quarto, de son état de santé. On peut contracter ainsi, avec son assureur, en cas de prêt immobilier ou autre, une assurance décès, une assurance invalidité, une assurance incapacité de travail, etc. L’assurance vie est exigée et est obligatoire en cas de prêt in fine. En cas de prêt immobilier, le courtier en assurance Icf, par exemple, étudie chaque cas et propose des tarifications personnalisées, selon le profil de l’emprunteur et de son dossier. Les cotisations sont compétitives, l’organisme est agréé par les réseaux bancaires.

Les taux de l'assurance de prêt

Pour procéder aux accords avec la compagnie d’assurance, il faut prévoir, au préalable certains dossiers, afin d’accélérer les procédures. En premier lieu, on doit fournir tous les renseignements nécessaires au prêt et les pièces y afférentes, c’est-à-dire le montant, le taux d’intérêt perçu par l’organisme de crédit, les mensualités, la durée des échéances, etc. Ensuite, on peut contracter auprès de l’assureur la garantie qu’on veut obtenir (incapacité ou perte de travail, invalidité, décès, chômage, métiers à risque, être de plus de 50 ans). Pour bien choisir l’un de ces types d’assurance, il faut consulter l’aide d’un conseiller expert pour trouver l’assurance la mieux adaptée à votre profil.

Les différentes modalités de prêts ?

Les compagnies d’assurance en prêt tiennent compte du type de prêt que leurs assurés contractent auprès des organismes de crédit. D’abord, il y a le taux fixe qui est la formule la plus simple et où le taux ne change pas du début à la fin des échéances. Dans certains cas, il peut être « modulable », c’est-à-dire que l’emprunteur peut payer par moment ou pendant une période déterminée, au cours du délai de remboursement, des mensualités plus élevées que celles définies au départ, permettant un raccourcissement de la durée de remboursement. Le taux fixe peut être également lissé en cas de cumul de plusieurs prêts. Le taux sera donc augmenté et la durée des échéances prolongée. Il faut ainsi, dès la souscription au prêt, définir dans les termes du contrat, si le taux est fixe, tout court, modulable ou lissé.

A part le taux fixe, il existe le taux variable ou révisable qui dépend de l’indice de base, et cet indice de base est variable en fonction du marché financier et des fluctuations appliquées par les banques, consécutives aux concurrences. La variation se situe soit au niveau des mensualités avec une durée des échéances fixe, soit au niveau du délai de remboursement avec des mensualités fixes. La modalité de paiement doit être précisée dès l’établissement du contrat. Et enfin, on a le taux in fine dans lequel on rembourse uniquement chaque mois les intérêts, puis on honore la totalité du capital initial à la fin de toutes les échéances.

Quelques conseils

Il faut faire attention aux taux d’assurance de prêt excessifs. C’est pourquoi, il est préférable de faire établir un devis d’assurance prêt auprès de cabinet spécialisé, et qui peut se faire en ligne pour faciliter les procédures. Les frais de dossier de la société d’assurance et les primes doivent être inclus dans le devis pour minimiser les imprévus et les mauvaises surprises. Sinon, on peut consulter les comparateurs de prix sur internet pour faire le bon choix au niveau du rapport qualité de service/prix des compagnies d’assurance. Tout abus ou anomalie observés dans les pratiques des compagnies ou courtiers d’assurance doivent être signalés auprès de l’Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (Acam).